page 19 Journal IFY
Le journal de l'IFY

Le journal de l’IFY

Le journal de l'Institut est diffusé deux fois par an auprès de tous les enseignants, élèves en formation d'enseignants, formateurs et membres actifs.

Vous n'êtes pas enseignant de yoga mais vous souhaitez recevoir le journal de l'IFY. Il vous faut pour cela adhérer à l'IFY en tant que "membre actif", en vous mettant en contact avec l'association régionale la plus proche de chez vous.

Le journal vient en soutien à l'enseignement : il invite au questionnement et à la réflexion. Il comporte deux pratiques commentées, une étude du Yoga Sūtra de Patañjali, des ressources pour continuer à se former (ouvrages, documents audiovisuels, émissions de radio à réécouter, etc.), un dossier thématique "Voix du yoga", une rubrique "Point de vue". Le journal contient également un cahier central avec les annonces de cycles de formation, de post-formations et de stages organisés par les formateurs et enseignants de l'IFY dans toute la France.

Automne 2016

Présence à soi, présence scénique

couv_autom2016 Le dossier de ce numéro est consacré à la présence. Il reprend, de manière condensée, le contenu du mémoire de fin de formation à l’enseignement du yoga d’Alain Klingler, enseignant IFY.

À partir de son expérience personnelle, Alain Klingler parle de présence – en soi, scénique, du yoga de Desikachar, des enseignements d’Eric Baret et de Danis Bois, de Grotowski et Barba et du training de l’acteur, de Marina Abramovic, de la posture debout samasthiti, du vide, du Butô et de Min Tanaka ou encore de la méditation.

Avec ce numéro d’automne, l’IFY a le plaisir de vous présenter un journal plus léger de forme et toujours pointu dans son contenu. Véritable soutien à notre enseignement, il est le résultat d’un an de travail et de réflexion du comité de rédaction. Vous y retrouverez des pratiques qui sont désormais commentées, une rubrique « Textes » qui explore de manière originale le Yoga Sūtra de Patañjali, une page « Ressources et bibliographie », une rubrique « Voix du Yoga » qui est le long cours du journal, ainsi qu’un cahier central d’annonces en quatre pages (détachable en soulevant délicatement les agrafes du journal). Un hommage avec nos formateurs à T.K.V. Desikachar, qui nous a quittés le 8 août dernier. Cette édition est accompagnée par une deuxième publication, sur le site Internet de l’IFY, des articles du numéro automne 2014 consacré à l’enseignant référent.

Et aussi : pratique : « Souffle et voix », pratique : « Svādhyāya« , « Textes » : YS I. 1 et ostéopathie, s’engager et agir, « Point de vue » : tantra ; nourriture et yoga.

 

Printemps 2016

Ethique et déontologie

couv_print2016Le dossier de ce numéro est consacré à l’éthique et à la déontologie, en 13 articles de fond.

Les membres de certains ordres professionnels (médical, paramédical, libéral, etc.) et ceux de la fonction publique de l’Etat se doivent de respecter une éthique sur leur conduite et le comportement à adopter dans leur travail, leurs rapports entre eux et avec leurs patients/clients/public, en accord avec les valeurs et les principes moraux de leur activité professionnelle.

L’ensemble de ces règles et principes éthiques est consigné dans un code ou une charte de déontologie qui s’applique à tous pour exercer leur métier conformément à ces normes et devoirs. Les fédérations de yoga ne font pas exception, d’autant que l’adoption d’un code de déontologie est une obligation lorsqu’on est adhérent à l’Union européenne de yoga (UEY). Le protocole de l’Île de Ré – rédigé par les formateurs de l’IFY en mai 1998 et modifié en mai 2007 – est actuellement le texte de référence pour la transmission et l’enseignement du yoga au sein de notre Institut (cf. annexe 5 du Règlement intérieur). Il sert de base à la réflexion.

La synthèse du sondage réalisé en 2015 auprès de nos professeurs confirme que si la plupart se « reconnaissent dans les valeurs transmises » durant leur formation « ils demandent » cependant « une formulation plus actuelle, donnant plus de place à la relation » (cf. compte-rendu AG 2015). L’élaboration d’un code de déontologie devient une évidence et une priorité pour être en conformité avec l’UEY et répondre à une vraie demande de nos enseignants.

De par sa fonction, tout formateur/trice ou professeur de yoga se trouve dans une posture qui met en jeu les relations humaines, ce qui induit des phénomènes transférentiels. Il s’agira alors de ne pas abuser de cette d’influence, de ce pouvoir sur les élèves mais au contraire de se conformer à l’éthique du yoga, éthique qui semble évidente pour qui étudie les préceptes énoncés dans les yama et niyama décrits dans le Yoga Sūtra de Patañjali. Ne pas nuire à ses élèves, tant sur le plan physique, psychique que spirituel, prend tout son sens dans un projet de charte déontologique du professeur de yoga.

Et aussi : pratique « L’éthique sur le tapis », compte-rendu du séminaire vinyāsa krama, pratique avec orientation rakṣana, pratique du « Yogi cueilleur de pommes », « Ressources et bibliographie », « Point de vue » sur la Journée mondiale du yoga, hommage à Peter Hersnack.

 

Automne 2015

ānanda, yoga et joie

Le dossier de ce numéro est consacré à la joie, en trois articles de fond et une pratique.

couv_autom2015-tiny« La joie dans tous ses états » : Le 42e Congrès international de yoga, organisé par l’Union européenne de yoga (UEY), s’est déroulé du 16 au 21 août à Zinal, en Suisse. Invité d’honneur : Sarasvatī Svāmi Nityamuktānanda. Thème : ānanda, yoga et joie. François Lorin y a participé en tant que formateur et a animé tous les matins une pratique ouverte suivie de deux heures de formation pour un groupe d’inscrits. Il a collaboré à l’équipe « éducation » (le comité pédagogique qui élabore les règles, les textes et le programme de formation des écoles membres de l’UEY), en tant que représentant de l’IFY.

« ānanda, la joie profonde » : La joie sous l’angle du yoga, de l’enseignement de T.K.V. Desikachar et de la Taittīriya Upanishad. La joie par le prisme de la poésie. La joie que tout être humain cherche.

« Vibration de la vie dans le corps-souffle-conscience » : Chaque civilisation connaît une approche originale de l’univers et du corps ; parce qu’elles abritent notre existence, chacune à leur manière, ces deux dimensions ont reçu des noms analogiques : macrocosme et microcosme. Mais que savons-nous de l’un ou de l’autre ? De jour en jour, la science dévoile à leur égard des aspects jusqu’alors impensables ; ces découvertes ouvrent notre champ de conscience et nous amènent vers un émerveillement toujours renouvelé devant les mystères de l’univers et de la vie.

Et aussi : pratique avec jatharaparivritti, Journée internationale du yoga, échos sur les Rencontres nationales.

 

Printemps 2015

Désir et yoga

Le dossier de ce numéro est consacré au désir, en neuf articles de fond.

couv_print2015-tinyLe sāmkhya et le yoga font une place privilégiée au désir, notamment avec la théorie des guna, ces trois qualités dont est tissé le monde : rajas (ce qui met en mouvement, le désir), tamas (ce qui stabilise) et sattva (équilibre et clarté). Rajas apparaît comme le moteur indispensable. Au risque d’apparaître comme subversif, le yoga reconnaît l’utilité de la mise en mouvement, de l’action, même délinquante, par rapport à l’immobilisme et l’absence de relation, peu susceptibles de nous faire avancer vers plus de clarté. En même temps le yoga situe le désir excessif (raga) comme cause de souffrances, la dualité (j’aime/je n’aime pas) comme génératrice de tensions et de conflits intérieurs. Que penser alors de nos désirs, y compris le désir de connaître ou d’enseigner ? Comment sortir du paradoxe du désir ? Toutes les philosophies, ainsi que des pratiques thérapeutiques comme la psychanalyse, se sont intéressées au désir. Ce journal a sollicité des auteurs d’horizons divers pour des témoignages personnels et des éclairages s’appuyant sur des cultures, périodes et lieux variés. Ainsi, les contributeurs nous offrent des réflexions sur ce thème du désir, dont des mythes et histoires pour l’illustrer.

Et aussi : échos de l’assemblée générale de novembre 2014, adhésions à la fédération, nouveau processus de cooptation, « Que partageons-nous à l’IFY ? », échos du séminaire « Observation », les prochains séminaires, s’engager dans une association régionale de l’IFY, adho mukha supta tādāsana, etc.

 

Automne 2014

Desikachar, l’enseignant référent

Le dossier de ce numéro est consacré à l’enseignant référent de l’Institut : Desikachar.

En 7 articles de fond, une interview et des réponses à des questions, il donne des éléments à la fois fondateurs et pratiques pour les professeurs, illustrant également la spécificité de l’Institut dans la relation enseignant-enseigné.

En introduction, Anne Lebeaupin, présidente de l’IFY dit ainsi que « La vision de l’enseignant, de la relation qu’il doit avoir avec ses élèves, varie selon les cultures et les époques. En Occident actuellement, et particulièrement  en   France,   elle   prend   majoritairement   la   forme du professeur de l’éducation  nationale, aux attributions définies, avec des frontières nettes entre disciplines  « corporelles » (éducation physique) et « intellectuelles ». Dans la tradition du  yoga en Inde, a existé et perdure encore une toute autre vision : celle du guide personnel, du « guru », aux compétences et domaines d’intervention multiples et non limités. Ces  deux  conceptions  coexistent  dans  l’enseignement  du  yoga  en  France.

L’Institut français de yoga a, sur ce sujet, une situation particulière par la façon dont il forme ses enseignants, sans séparer théorie et pratique et offre une place à la relation individuelle maître-élève. Notre fédération s’est en effet construite à  partir  de  l’enseignement  que  TKV Desikachar a donné individuellement à chacun de ses fondateurs, ainsi qu’à certains autres de ses formateurs et que ceux-ci ont transmis à leur tour. L’IFY se situe ainsi, contre vents et marées, du côté de la vision indienne de l’enseignant, tout en s’interrogeant sur son adaptation et ses limites. Ce dossier sur la relation à l’enseignant référent n’a pas l’ambition de traiter de façon théorique et exhaustive des origines culturelles sur lesquelles se sont construites ces deux conceptions, ni de leurs avantages et inconvénients. Il offre, via différents témoignages, une interview et des réponses à des questions, des points de vue personnels sur la relation des auteurs à leur enseignant. Il concerne ainsi particulièrement la relation à l’enseignant référent, qu’a été personnellement pour certains, et que représente toujours pour l’IFY, TKV Desikachar. »

Ce numéro évoque aussi l’admission de l’IFY par l’Union européenne de yoga en août 2014, le changement de siège de l’Institut, les Rencontres nationales en 2015 et bien d’autres actualités, reflétant le dynamisme de la fédération au service de la diffusion du yoga.

 

Printemps 2014

L’art de méditer

Ce numéro consacre son dossier thématique à l’art de méditer.

Parmi les huit dimensions du yoga, l’une des plus importantes est la méditation qui fait l’objet du dossier de ce nouveau numéro du journal de l’IFY.

Vous découvrirez plusieurs articles sur ce thème explorant l’enseignement de Patañjali, décodé par nos formateurs IFY, mais aussi abordé sous l’angle de l’éveil grâce à deux témoins qui partagent leur expérience avec nous.

Vous y trouverez aussi deux pratiques complètes pour mettre en application les enseignements sur la méditation, ainsi que les actualités de l’IFY, la vie des associations, de nouveaux outils au service de la fédération, les annonces de formations, stages, week-ends et ateliers…