Viniyoga – L’adaptation du yoga à chacun.

Le texte ci-dessous est extrait de la revue « Le Courrier » éditée par l’association régionale IFY Midi Pyrénées et reproduit avec l’aimable autorisation de celle-ci.

« L’adaptation des techniques du Yoga à l’individu est fonda­mentale dans la transmission de l’IFY. Cette conception de la pratique yogique est dévelop­pée dans plusieurs textes an­ciens, dont le Yoga Rahasya et les Yoga sūtra.

Le texte du Yoga Rahasya identifie trois grandes périodes de vie : celle de la jeunesse, où sont nécessaires des postures dynamiques, celle de l’âge adulte où les techniques respiratoires prennent plus de place et celle de la fin de vie où le pratiquant va introduire un temps de méditation de plus en plus long. Nāthamuni n’impose pas une évolution linéaire mais présente l’infléchissement d’une pratique qui doit comporter ces trois aspects du yoga, répartis de manière différente selon son âge.

Dans ce texte, Nāthamuni insiste aussi sur l’adaptation du Yoga pour les femmes enceintes et consacre une bonne partie de son enseignement au yoga thérapeutique. Le Yoga doit accompagner le pratiquant de manière respectueuse tout au long de son existence, lorsque le corps change, lorsqu’il vieillit et même lorsqu’il n’est pas en pleine santé.

Le texte des Yoga sūtra aurait été rédigé par Patañjali entre 150 ans avant J.C. et le 3ème siècle après J.C. Patañjali a observé tout ce qui se faisait en matière de discipline de l’esprit. Il a ensuite consigné ses observations dans un recueil de 195 aphorismes (sūtra). Les aphorismes sont destinés à être appris par cœur et revêtent donc une forme brève, afin d’être mémorisés facilement.

Tout comme le Yoga Rahasya, le texte des Yoga sūtra pointe à plusieurs reprises les spécificités de chaque pratiquant. Dans le 1er chapitre, l’auteur explique qu’il y a des différences entre ceux qui ont une pratique douce, moyenne et intense »¹. Cette différence est inhérente à la nature profonde de chaque être humain et à la manière très spécifique dont chacun agit. Cette phrase fait aussi référence aux possibilités de nos vies. Selon notre situation et nos disponibilités, la pratique prendra plus ou moins de place. Le Yoga, loin de nous imposer une voie toute tracée, prend en compte nos spécificités et les empreintes particulières de nos existences.

Au début du 3ème chapitre, Patañjali décrit les différents états de concentration et de méditation qui vont amener le yogi à la pacification du psychisme et au discernement. « Une sagesse rayonnante et infinie résulte de cette maîtrise [du mental]», nous dit Frans Moors². Patañjali souligne que cette maîtrise du mental s’opère par étapes : «L’application de cela respecte les niveaux [de chacun] »². Le terme viniyoga est employé pour décrire cette idée de palier. Viniyoga signifie : l’évolution par étapes, l’adaptation des moyens à chaque étape, l’utilisation intelligente des capacités. Le terme viniyoga a été utilisé par Krishnamacarya pour qualifier la progression dans l’apprentissage du yoga de manière générale. Comme le disait Desikachar : « Viniyoga, c’est partir de là où l’on se trouve. Puisque chacun est différent et change en permanence, il ne peut y avoir de points de départ communs et les réponses toutes faites ne serviront à rien. Il est nécessaire d’examiner la situation actuelle et de remettre en cause le statut habituellement établi ».

Le Yoga nous accepte dans toute notre humanité, en prenant en compte les différents méandres de nos chemins de vie. Il ne nous propose pas de suivre un chemin « idéal » et codifié, mais d’avancer selon notre nature et ce que nous offrent nos existences. Observer et … accepter ce qui est, voilà le chemin proposé. »

Sylvie Dalouche, Formatrice IFY – 2023.

(1) « Lumière sur les Yoga Sūtra de Patanjali », BKS Iyengar, Buchet Chastel, p. 98.

(2) « Patanjali Yoga-sūtra », Frans Moors, Les Cahiers de Présence d’Esprit, p. 111 et 112.