OṀ

L’article ci-dessous est extrait de la revue « Passerelle » éditée par l’association régionale IFY Espace Nord et reproduit avec l’aimable autorisation de celle-ci.

« Comment présenter cette syllabe si célèbre, mais si peu connue… Peut être par son origine.

Les origines du OṀ se trouvent dans la tradition védique.
Les Veda composés de quatre textes anciens de l’Inde sont à la base des rituels, des croyances et de l’organisation de
la société hindoue.

Lors des cérémonies, pour réaliser les offrandes, quatre prêtres étaient présents. L’un récitait les versets appropriés du Rig Veda indiquant ce qu’il faut faire. Le deuxième exécutait le rituel selon les instructions de l’Atharva Veda et commençait par répondre OṀ au premier comme un acquiescement … Il acceptait ainsi de suivre fidèlement les injonctions du rituel.
Un troisième récitait les mélodies poétiques du Sāma Veda, les proclamant solennellement. Le quatrième prêtre était présent
assis, silencieux : par sa méditation, il donnait une consistance au rituel.

Celui-ci symbolise l’action juste : il faut savoir quoi faire, agir correctement, accepter que l’action ne soit pas secrète et surtout que ceci soit réalisé en conscience.
Ici, le OṀ est donc utilisé comme synonyme de « oui », par exemple pour répondre à un geste ou une demande faite par le prêtre pendant un rituel. Puis plus tard, les brahmanes en firent une syllabe sacrée qui englobe le Tout.

Le OṀ est composé de trois lettres : A, U, M et suivi obligatoirement d’un silence.

Le O n’est pas une voyelle en sanscrit, mais une diphtongue composée du A et du U.

Pour les hindous, ce mantra représente donc la totalité de ce qui existe, ce qui contient le passé, le présent et le futur, la trinité hindoue.y

Il est bien trop précieux pour être utilisé à tort et à travers.
Soyons respectueux de ce qu’il représente et si nous sommes amenés à l’utiliser, gardons en conscience ce côté sacré.

T.K.V. Desikachar disait que, comme tout mantra, cette syllabe nécessitait d’être enseignée par un professeur et que correctement récitée, en conscience, elle traversait les barrières des religions.

Plus un mantra est précieux, plus on l’utilise avec respect.

A représente le commencement, la naissance, et le dieu créateur Brahmā ; le A est aussi la première lettre de l’alphabet sanscrit,
elle symbolise la source de tout savoir.

U représente la continuation, la vie, et le dieu Vishnu.

M représente la fin, la mort, et le dieu destructeur Shiva ; c’est aussi la dernière consonne, le AUM contient tout le langage.

Le POINT représente le silence qui suit chaque récitation du OM. Il représente tout ce que le langage ne peut exprimer…
Par exemple les qualités extraordinaires et indescriptibles du Seigneur. C’est presque le moment le plus important de la récitation.

OṀ namah ! »

Agnès Joly, Formatrice IFY – 2023