©Nicolas_ROUCOU_RVB_300dpi (105)
Emission "Capital" sur M6

Réponse à l’émission « Week-ends prolongés : évasion et détente à tous prix »

Suite au reportage diffusé dimanche 29 avril dernier dans l'émission "Capital" sur la chaîne M6, intitulé "Yoga, le zen business", Laurence Maman - formatrice de professeurs de yoga et coordinatrice de la commission Communication de l'IFY - et Maude Leynaud - présidente de l'IFY - ont souhaité réagir au nom de la fédération et de tous les formateurs IFY.

Le 1er mai 2018

Bonjour,

J’ai regardé avec intérêt votre documentaire sur les enjeux financiers des « nouveaux yogas ». Vous dépeignez bien le phénomène récent, spectaculaire, de l’invention plus ou moins farfelue de pratiques qui n’ont pas grand-chose à voir avec le yoga authentique, et de l’exploitation du filon « yoga » en mobilisant moyens financiers et relationnels.

Au nom de l’Institut français de yoga (IFY) – l’une des fédérations ayant pignon sur rue en France –, de sa présidente Maude Leynaud et de l’ensemble de son collège des formateurs, il nous semble nécessaire de vous rappeler, à toutes fins utiles, que le yoga est une discipline permettant, à partir d’un travail corporel et respiratoire, des effets s’étendant au psychisme, moyennant un accompagnement personnalisé par des professeurs bien formés.

C’est au moins depuis les années 70 que des écoles dignes de ce nom forment de tels professeurs, sous la forme de cursus qui durent le plus généralement trois à quatre ans, les stagiaires recevant 500 heures d’enseignement. Cette réalité n’a rien à voir avec la brièveté des formations que vous évoquez dans le reportage : certes, ces formations brèves, évidemment insuffisantes, existent, mais il paraîtrait pertinent d’évoquer également les autres.

Nous comptons 760 professeurs et plus de 400 élèves en formation sur l’ensemble du territoire. Les professeurs que nous formons travaillent souvent dans des conditions financières assez difficiles, dans leurs propres salles ou, plus encore, dans tout le réseau des petites associations locales ou maisons de quartier, dans les villes de diverses tailles et les villages. Ils atteignent ainsi une grande diversité de pratiquants, qui prennent des cours en petits groupes voire individuellement. Des réactions à votre documentaire se sont fait entendre parmi nos professeurs. Il est compréhensible que de telles personnes, qui donnent avec enthousiasme de leur temps et de leur énergie auprès de leurs élèves, soient perturbés par ce qu’ils découvrent dans un reportage sur le yoga « commercial ».

Nous vous invitons à venir découvrir comment nous travaillons : suivre des formateurs dans des sessions, des professeurs dans leur activité quotidienne… Il nous semble qu’un point de vue complémentaire par rapport à ce qui a été mis en évidence dans votre documentaire permettrait de dresser un tableau plus nuancé, et donc plus conforme à la réalité de l’enseignement du yoga en France.

Dr. Laurence Maman
Formatrice de professeurs de yoga
Coordinatrice de la commission Communication de l’IFY

Maude Leynaud
Présidente IFY