P chien bas
La démarche

Programme des formations

Programme des formations :

1. Les huit membres du yoga (ashtānga yoga)

Au cœur de l’enseignement de Patanjali, les huit membres sont abordés dans une approche qui favorise l’expérience, la réflexion et l’intégration des techniques fondamentales, dans le respect des yama et niyama, les deux premiers membres relatifs à l’attitude juste envers les autres et envers soi. Les étudiants se familiarisent ainsi avec les principes philosophiques, éthiques et psychologiques du yoga.

2. Les techniques posturales (āsana, prānāyāma)

Le mot āsana fait référence à toute posture de yoga et par excellence à la posture assise. Par extension, ce concept peut s’appliquer à toute situation de vie dans laquelle on cherche à être « bien assis », justement établi. La réalisation de cet équilibre implique la recherche constante de l’effort juste. La conscience et la mise en jeu du souffle y occupent une place centrale. – L’axe énergétique central (meru danda). les postures se vivent à travers la représentation du corps énergétique, qui devient progressivement perceptible grâce à l’approfondissement du souffle et à une meilleure connaissance de notre physiologie subtile.

3. La construction de la séance

Chaque pratique guidée par un professeur est préalablement construite par lui et a un projet particulier. C’est en fonction de celui-ci que se fait le choix des postures, leur intensité, les propositions respiratoires et les indications de point d’attention – bhāvana -. qui les accompagnent. Mais tous ces projets particuliers obéissent aux mêmes grandes règles d’harmonie : la façon dont est construite une séance participe peut-être plus encore que les postures elles-mêmes, à « l’effet » corporel, énergétique, mental et émotionnel du pratiquant. Quatre années de formation ne sont pas de trop pour acquérir cet art de la construction de séance.

4. 40 à 60 postures (āsana)

40 à 60 postures sont généralement étudiées durant la formation, elles s’inscrivent dans les orientations et actions suivantes (classification établie en relation avec le rachis): postures de stabilité (samasthiti), flexions avant (pascimatāna), torsions (parivritti), étirements latéraux (pārsva), extensions (pûrvatāna), gestes symboliques (mudrâ), gestes symboliques d’inversion (mudrā-viparîta). L’étude se fonde sur la pratique de ces postures, la compréhension de leur concept (noms, caractères…), leurs préparations et compensations, leurs indications et contre-indications, leurs adaptations…

5. Les prānāyāma et bandha

Les prānāyāma et bandha sont enseignés dans toutes les formations : comme pour les postures, ils sont abordés par la pratique, mais aussi par une connaissance plus méthodique de leurs approches et de leurs effets.

6. formations proposées. Une pratique personnelle (abhyāsa)

La pratique personnelle est favorisée dans toutes les formations. Chaque pratiquant acquiert une indépendance qui lui confère écoute et compréhension de lui-même. A partir de ces pratiques, le mouvement vers l’intériorité, la méditation, la recherche de clarté devient possible. On peut ainsi, à travers la posture assise, se mettre en état d’accueillir différemment les défis de la vie.

7. La méditation (dhyāna)

Chaque formateur accorde de l’importance à l’approche de la méditation. L’observation, l’attention portée à l’action et la conscience de soi fondent cette approche. Elle peut avoir pour support théorique le yoga sūtra et se vit dans les pratiques, dans l’assise… Elle contribue à libérer nos relations aux autres et à nous-même et permet un regard qui n’est pas limité par le déjà-vu, le déjà vécu.

8. L’étude des textes (svādhyaya)

Le yoga sūtra de Patanjali est le texte de référence et étudié de façon approfondie pendant la formation. La récitation peut être proposée pour favoriser l’ « imprégnation » et la mémorisation. D’autres textes de la tradition indienne peuvent être abordés plus ponctuellement. Enfin, des textes de la tradition occidentale peuvent être également étudiés.
Remarque : l’importance accordée au sanscrit est variable d’une formation à l’autre, elle peut intervenir pour la compréhension, l’étymologie, la traduction, la mémorisation de mots-clés : l’accès en quelque sorte direct à une forme de pensée, à une tradition, par sa langue ou pour la valeur polysémique des mots sanscrits, favorisant une liberté d’interprétation et des distinctions intéressantes.

9. Les cours individuels

Ils permettent une relation et une approche personnalisées et offrent une réponse aux questionnements intimes des pratiquants. Ils contribuent à un accompagnement plus précis durant la formation. Leur nombre est variable selon la demande des étudiants.

10. Les applications spécifiques (viniyoga)

Les formations IFY traitent des applications spécifiques du yoga de façon régulière ou à la demande, dans les domaines suivants : yoga et âges de la vie, yoga et femmes enceintes, yoga et problèmes de santé…

11. La supervision

La supervision se met en place sur demande des élèves qui commencent à enseigner, après en avoir reçu l’autorisation de leur formateur.

suite : Comment obtenir le diplôme ?

Revenir à la page sur la démarche